Menu

Agence immobilière à Bormes les Mimosas : Le Var (83), Des vendeurs gourmands

Le Var (83), Des vendeurs gourmands

Retour

Dans le Var, Des vendeurs gourmands.   

Dans le Var, l'an dernier, le prix moyen d'une maison de quatre pièces se situait aux alentours de 600.000 euros. Soit une progression d'un peu plus de 5 % pour les maisons. Cette année, l'ambiance n'est plus la même : si les acquéreurs sont toujours présents, ils n'achètent plus sur un coup de tête. Ce qui contraint les agents immobiliers à plus de patience et de professionnalisme.

Si le marché ralentit, c'est aussi parce que les vendeurs campent sur leurs positions. « Les prix sont très hauts et les vendeurs exigent des prix hors de proportion avec la réalité du marché, ce qui conduit les acquéreurs à réfléchir et à multiplier les visites », note Eric Frier de l'agence Cap Immobilier au Lavandou. À cela, il faut ajouter des conditions de financement plus restrictives. « Les transactions se réalisent tout de même, indique-t-il, mais on assiste à des baisses sur certains biens surcotés. » Et le discours vaut pour le Lavandou comme pour la plupart des stations de la côte, qu'il s'agisse de Bandol, de Six-Fours, de La Londe-les-Maures ou encore de Cavalaire.

A Bandol, les valeurs démarrent autour de 600.000 euros, mais s'envolent à 800.000 euros, avec vue sur la Grande Bleue. Au Lavandou, les premiers prix s'affichent entre 400.000 et 600.000 euros pour 100 à 120 m2 et 400 à 500 m2 de terrain. « À ce prix, on n'a pas une qualité extraordinaire », lance Eric Frier. Ce sont le plus souvent des maisons de lotissement sans vue sur la mer. Avec vue, les prix s'affolent : de 800.000 à 900.000 euros pour 150 m2.

Au cap Bénat, les valeurs montent encore d'un cran, pouvant atteindre 1,2 à 1,4 million d'euros. Idem à Super Lavandou et sur les hauteurs de Bormes-les-Mimosas. Un peu plus à l'est, une adresse à Cavalaire se paie entre 500.000 et 900.000 euros. Des valeurs qui grimpent encore à Croix-Valmer. Quant aux stations du golfe de Saint-Tropez, elles restent incontestablement les plus inaccessibles de toute la côte, un certain nombre de transactions s'effectuant bien au-delà de 2 millions d'euros.

Source: http://www.lesechos.fr

 

Nous contacter

Partagez cette annonce

Facebook Twitter Google+